Tout savoir sur le pleurote : propriétés, bienfaits, cueillette, recettes !

Vous qui cherchez à tout savoir sur ce merveilleux champignon, ce champignon pas magique mais presque, qu’est le pleurote, vous êtes tombés au bon endroit. Nous vous livrons tous ses petits secrets pour qu’il trouve son chemin jusqu’à votre assiette !

Carte d’identité du pleurote

Nom : M. Pleurote

Eh oui, le pleurote est un nom masculin, on dit bien le pleurote et pas la pleurote ou encore la pleurotte (un peu de respect que diable !).

La variété la plus commune et la plus consommée (celle que vous faîtes pousser dans nos kits champignon) est le pleurote en forme d’huître, aussi appelé pleurote en coquille, ou pleurote corne d’abondance.

Nom scientifique : Pleurotus ostreatus (oui oui ça ressemble un peu à huître, ça tombe bien).

Le pleurote est un champignon qui appartient à la grande et belle famille des pleurotacées. Cette famille compte une quarantaine d’espèces, réparties un peu partout dans le monde, tant sous nos lattitudes que dans des contrées bien plus lointaines. Le pleurote jaune par exemple, nous vient de l’Extrême Orient russe, au nord de la Chine, de la Corée et du Japon, alors que le pleurote rose pousse en quantité abondante en Indonésie.

Parmi cette grande famille, on ne connaît aucun pleurote qui soit mortel, et à l’inverse, de nombreuses espèces sont comestibles et même délicieuses ! Le pleurote en forme d’huître est un champignon particulièrement apprécié pour sa finesse.

Apparence : comme son nom l’indique, le pleurote en forme d’huître ressemble un peu à… une huître, ça reste vague si vous voulez notre avis. Ceci dit, son nom nous vient du grec « pleuron » qui signifie « côté » et ôtos, qui signifie « oreille ». Et effectivement, quand on regarde le pleurote bien en face, on voit bien que son beau chapeau a la forme d’une mignonne petite oreille et que son pied est décentré par rapport à chapeau. On arrive naturellement au nom de ce champignon : une oreille un peu à côté de ses pompes.

Plus spécifiquement, son chapeau mesure normalement entre 7 et 14 cm. Il présente une couleur d’abord bleutée puis gris clair en grandissant (sauf, si vous cultivez des champignons jaunes ou roses). Ses lames sont blanches et serrées, et présentent un beau galbe. Son pied est court, 1 à 2 cm en général, bien blanc et ferme.

pleurotte-gris

Et pour une déclaration un peu plus lyrique, redécouvrez notre ode aux pleurotes.

Où et quand pourrez-vous cueillir des pleurotes ?

Dans la nature, ce champignon des bois pousse dans le confort de l’automne et jusqu’à l’hiver selon les régions. Il aime pousser en botte sur les troncs des arbres feuillus, vivants ou morts ! C’est un champignon « saprophyte », ce qui signifie qu’il peut se nourrir de matière organique non vivante. Il réussit à se nourrir des nutriments contenus dans les troncs d’arbres morts. Et ils ne sont pas difficiles, ils poussent sur de nombreuses espèces différentes d’arbres : pins, hêtres, chênes, sapin, hibiscus,… bref, ce sont de vrais opportunistes !

C’est aussi un champignon de culture très répandu !

Aujourd’hui, le pleurote est le 3ème champignon de culture le plus produit dans le monde. Il se place après les champignons de Paris ou champignons de couche et les shiitakés. Sa culture est très facile, tellement facile que vous pouvez même le faire chez vous, avec des kits pour faire pousser des champignons sur du marc de café par exemple, ou encore sur de la paille recyclée. Le pleurote représente donc aujourd’hui environ 25 % de la production mondiale de champignons.

pleurote-jaune

Le pleurote, allié de votre santé

Le champignon pleurote contient jusqu’à 5 fois plus de protéines que la plupart des légumes !

Côté santé, le pleurote est connu pour ses vertus antioxydantes. Certaines études scientifiques ont montré que certains principes actifs du pleurote aidaient à lutter contre les cellules cancéreuses. Ils n’ont par contre pas réussi à identifier réellement ce principe actif ou à prouver de manière certaine cette simple constatation.

Le pleurote se démarque des autres champignons par sa richesse en nutriments.

En effet, le pleurote est une excellente source de vitamines B (notamment les vitamines B1, B2, B3, B6 et B9). Les vitamines B sont réputées pour donner de l’énergie, en permettant la transformation énergétique des aliments que nous ingérons. Outre le cuivre, le fer et le zinc qui font aussi partie des armes secrètes du pleurote, on peut noter sa bonne constitution en phosphore. Avec le calcium,  le phosphore joue un rôle primordial dans la croissance et le renforcement des os.

Et si vous n’êtes toujours pas convaincu, pensez aussi que le pleurote est, comme tous les champignons, très peu calorique ! Il contient environ 35 calories pour 100g, à consommer sans modération !

Le pleurote dans votre assiette

Tout cela est bien intéressant, mais ça ne nous dit pas quel goût a le pleurote, et surtout comment le sublimer dans vos petits plats !

Si vous n’avez pas le chance de déjà cultiver des champignons, vous trouverez des pleurotes dans le commerce, chez les primeurs. Mais attention en les choisissant ! Le pleurote est un champignon qui se conserve mal et qui doit donc être consommé au plus frais ! Le pleurote doit donc être ferme et charnu. Son chapeau devient visqueux en vieillissant, donc évitez ceux qui présentent une certaine visquosité. Le pleurote gris doit présenter une couleur gris clair, presque blanc. Evitez les spécimens qui présentent certaines marques rouges ou verdâtres, qui sont moins frais. À l’odeur, le pleurote est légèrement sucré et dégage des effluves d’anis.

On retrouve ces notes sucrées à la dégustation du pleurote gris. Les pleurotes roses sont plus charnus de texture, et plus boisés dans l’assiette. Enfin, les pleurotes jaunes présentent des notes de châtaigne et de noisette très agréables, surtout dans des associations sucrées et salées.

pleurottes-roses

Comment cuisiner les pleurotes ?

Il ne faut surtout pas laver les pleurotes en les faisant tremper dans l’eau. Comme ils sont très poreux, en les plongeant dans l’eau, ils risqueraient d’en absorber une grande quantité et leur texture et goût en seraient altérés.

Pour les nettoyer, utiliser plutôt un couteau à champignons pour brosser la terre et retirer les parties abîmées puis un torchon humide.

Le pleurote est un champignon à la chair relativement ferme, qui nécessite une bonne cuisson, pour l’attendrir et le faire rendre son eau.

À la poêle, vous pourrez le détailler en lamelle avant de le faire sauter dans du beurre ou de l’huile. Ajouter ensuite de l’ail et du persil frais en fin de cuisson pour une classique persillade, pleine de saveurs.

Si le pleurote, est notamment le gris, se cuisine très bien dans tous les grands classiques du champignon (omelette, persillade, velouté, risotto), il y a des milliers de recettes à imaginer pour le sublimer. Laissez-vous aller à votre créativité ! Et pour nourrir votre inspiration, retrouvez toutes nos meilleures recettes de pleurotes.

 

Partagez :