5 raisons pour lesquelles votre basilic ne tient pas

Le weekend dernier, vous avez encore mis votre fierté de côté pour acheter le 20ème basilic en pot de l’année, dans l’espoir que celui-ci soit le bon, et dure au moins jusqu’à ce que les pâtes soient cuites. On comprend.

Et pour vous donner un vrai coup de pouce, on vous donne les 5 raisons principales qui font que votre basilic meurt.

Avec un peu de chance, ça permettra au petit dernier de finir correctement dans votre assiette.

Le basilic qui ne tient pas, l’excuse de la main verte, c’est un problème qu’on connaissait, et c’est pour ça qu’on a conçu Lilo, le potager d’intérieur pour vous permettre de faire pousser des aromates chez vous sans difficulté. Notre potager d’intérieur s’occupe de tout pour respecter les besoins des plantes et prévenir les 5 raisons pour lesquelles vous tuez votre basilic :

 

  1. Vous n’arrosez pas assez votre basilic

Le basilic est une plante estivale qui a besoin de beaucoup d’eau. Vous avez sûrement déjà vu la terre s’assécher au bout de 2 jours à peine dans votre pot de basilic, les racines de la plante ayant bu tout ce qu’il y avait à boire. Or, le basilic, comme toutes les plantes, a besoin d’eau pour vivre. Une journée sans eau et hop, le basilic fait clairement la tronche.

 

  1. Vous arrosez trop votre basilic

L’effet inverse. Hanté par le souvenir de tous ces basilics morts de déshydratation, vous arrosez copieusement votre basilic. Très copieusement, trop copieusement. Si votre plante a besoin d’eau, il faut trouver un juste milieu, car une plante trop arrosée, va également mourir. En effet, si la plante est complètement noyée, elle ne va pas pouvoir s’oxygéner correctement et ne pourra donc pas subsister.

On parle du basilic, mais sachez que l’excès d’arrosage est la première cause de mortalité de nos plantes d’intérieur. Selon une étude parfaitement sérieuse mené par nous-même auprès de nous-même. Mais ça reste vrai, l’excès d’eau, ça ne pardonne pas.

Bref, pour contourner ces 2 premiers problèmes, on a conçu Lilo, le potager d’intérieur autonome. Lilo est un système hydroponique, c’est-à-dire que les plantes poussent en flottant sur une réserve d’eau, les racines étant partiellement immergées. Ainsi, les racines des plantes vont boire l’eau au fur et à mesure de leurs besoins, en s’autogérant complètement. De votre côté, vous avez simplement à vérifier qu’il y ait toujours de l’eau dans le pot !

Grâce au design breveté du potager d’intérieur Lilo les racines ont toujours à disposition une petite couche d’oxygène, qui permet aux racines d’être toujours bien alimentées en O2 et donc d’être bien saines.

basilic hydroponie

 

  1. Votre basilic ne bénéficie pas d’assez de lumière

Un grand classique celui-là. Alors, déjà, si vous n’avez pas une exposition sud-ouest, vous pouvez oublier le basilic en pot. Un basilic aime pousser sous le soleil de plomb des côtes amalfitaines, en écoutant du Tiziano Ferro de préférence. Donc par définition, le basilic en pot, quand on le fait pousser sur le rebord d’une fenêtre parisienne, il faut optimiser ses chances de survie. Placez-le près d’une fenêtre qui reçoit de la lumière le plus longtemps dans la journée, de préférence une lumière directe.

Evidemment, on ne parle pas tellement de l’hiver dans ces cas-là, parce qu’un basilic a besoin d’environ 16h d’ensoleillement par jour, donc on oublie pour les mois de disette de vitamine D.

Là aussi, c’est pour ça qu’on a choisi de mettre une lumière automatique intégrée dans notre potager d’intérieur intelligent. 21 LEDs basse consommation et un spectre optimisé pour reproduire le cycle du soleil surplombe vos plantes pour que leurs besoins soient comblés, à tout moment, et n’importe où chez vous.

Lilo potager d'intérieur

 

  1. Vous ne taillez pas votre basilic. Ou mal.

Alors, ça c’est vrai que ce n’est pas très intuitif. Pour qu’un basilic pousse (et surtout repousse) bien, il faut le tailler de temps en temps. Et pas n’importe comment.

Pour bien tailler votre basilic, il faut couper les tiges (et pas arracher une feuille de temps en temps) entre 2 nœuds et en laissant au minimum une dizaine de centimètres de tige. Un nœud c’est le point d’attache entre la tige et les feuilles. Elles vont toujours par 2 (les feuilles). Vous verrez que 2 nouvelles tiges vont pousser au niveau du nœud en dessous de là où vous avez coupé la tige. La tige principale, elle, ne poussera plus. Et ainsi de suite, toujours entre 2 nœuds.

Si vous coupez les tiges en dessous du premier nœud, bah comme elles ne vont pas repousser, votre basilic ne repoussera pas du tout.

Si vous ne taillez pas du tout votre basilic, il va pousser jusqu’à atteindre 50 à 60 cm de hauteur, avec des feuilles très éloignées le long de la tige, puis finira par ne plus pousser, et dépérir sur pied.

Pas d’inquiétudes, avec notre potager d’intérieur Lilo, on a prévu une application mobile pour vous rappeler quand tailler votre basilic et vous apprendre les bons gestes à adopter !

 

  1. Votre basilic n’a pas le bon terreau

Un bon terreau c’est :

  • les bons éléments nutritifs pour votre plante (et justement dosés)
  • un terreau suffisamment aéré pour que votre plante puisse respirer

Un conseil à vous donner si vous décider d’acheter des plantes en pot : rempotez-les tout de suite. En effet, les basilics en pot de votre supermarché n’ont pas assez de place pour leurs racines, et sont souvent boostés niveau nutriments et engrais, ce qui ne leur fait pas du bien à long terme.

basilic

Rempotez donc votre basilic dans un pot plus grand (et plus beau !) en tapissant le fond de billes d’argile pour que l’eau et l’oxygène circule bien et viennent chatouiller les racines de la plante.

Dans le mini potager d’intérieur Lilo, on n’a pas vraiment ce problème puisque les plantes poussent hors sol. Donc pas de souci de terreau pas adapté. Par contre, il faut quand même nourrir la plante d’autres choses que juste de l’eau. Nous apportons donc des sels minéraux à la plante (les mêmes que ceux dont elle va se nourrir en pleine terre) qui vont se diffuser progressivement dans l’eau et permettre à la plante de développer toutes ses qualités organoleptiques (un mot savant pour parler de « son bon goût » !).

 

Voilà, on espère que ces informations permettront à votre dernier basilic de dépasser le stade de l’adolescence chez vous !

Partagez :